Photo by lucioliu on Pixabay

Hello World

6/1/2020 • Temps de lecture : 1 min 👓

C’est mon tout premier article sur ce blog. C’est le début d’une nouvelle aventure pour moi. T’en fais pas, je te proposerai des articles plus intéressants que celui-ci à l’avenir 👊

En attendant, je te partage cet aphorisme de Nietzsche dans le chapitre Opinions et sentences mêlées de son livre Humain, trop humain.

L’OREILLE QUI FAIT DEFAUT

— “On appartient à la populace tant que l’on fait toujours retomber la faute sur les autres ; on est sur le chemin de la vérité lorsque l’on ne rend responsable que soi-même ; mais le sage ne considère personne comme coupable, ni lui-même, ni les autres.”

— Qui dit cela ?

— Epictète, il y a dix-huit cent ans.

— On l’a entendu, mais on l’a oublié.

— Non, on ne l’a pas entendu et on ne l’a pas oublié : il y a des choses qu’on n’oublie pas. Mais l’oreille faisait défaut pour entendre, l’oreille d’Epictète.

— Il se l’est donc dit lui-même à l’oreille ?

— Parfaitement : la sagesse, c’est le murmure du solitaire sur la place tumultueuse.

Allez, à la prochaine 👋.

a guy saying see you at the sea

Suis-moi sur les réseaux

Aro's DEV Profile

Inscription à la Newsletter

Je t'enverrai un mail à chaque nouvel article.